Hantée de Christina Lauren — Ou comment gâcher une intrigue géniale à cause d’un personnage !

Bonjour à tous, 

 

Je reviens pour discuter d’un livre qui m’a laissée dubitative : Hantée de Christina Lauren, aussi surnommé par mes soins « Comment gâcher une intrigue géniale à cause d’un personnage ! ». Vous l’aurez donc compris, ce livre était parfaitement dans mes goûts mais a fini très loin de mes attentes ! 

Éditions Hugo&Cie 

Paru le 7 Janvier 2016 

327 Pages, 17€

Synopsis : Delilah Blue n'a d'yeux que pour Gavin. Le regard ténébreux et la silhouette toujours parée de noir, le garçon a l'air de sortir tout droit de l'univers sombre et – il faut l'avouer – franchement tordu de ses dessins. Tout chez lui est bizarre, jusqu'à la vieille bâtisse dans laquelle il vit, qui donne une sorte de cachet inquiétant à leur petite ville. Lorsque Gavin décide d'emmener Delilah chez lui, un privilège exceptionnel, elle découvre avec stupeur que les lieux semblent capables de communiquer. Cheminée, par exemple, allume sur demande son propre feu. Lit s'agrandit selon les exigences de Gavin, et Piano lui a appris à jouer lorsqu'il était petit... Très vite, Delilah va comprendre que ce qui vit ici n'est pas humain...À quel prix gagnera-t-elle le droit d'aimer le propriétaire de ces lieux tourmentés ?

 

N

Mon avis

 

 

Bon, je viens de finir Hantée de Christina Lauren et j'avoue que d'habitude, j'écris mes chroniques après un temps de réflexion ! Mais là, je ne peux pas m'empêcher de coucher mes mots sur mon clavier de suite parce que ce livre m'a laissé une drôle d'impression ... L'impression d'avoir adoré un livre mais de l'avoir aussi détesté, à part presque égale

 

Je ne reproche absolument rien à l'intrigue, elle est d'ailleurs parfaite et frissonnante à souhait : j'ai tremblé aux côtés de Delilah, j'ai eu des doutes sur la santé mentale de cette dernière aux côtés de Gavin, et Maison est effrayante à souhait ! Le sentiment de peur et d'oppression va crescendo dans ce roman et peu à peu, on découvre les dessous d'un monde obscur et auquel personne ne s'attendait : celui d'une maison hantée qui révèle peu à peu sa nature de « monstre »

 

Mais, alors que la longue silhouette du garçon apparaissait dans son champ de vision, les rideaux se fermèrent soudain avec une telle violence qu’elle eut un instant l’impression d’avoir senti la maison trembler.

Le roman commence assez classiquement : l'héroïne revient du pensionnat après de longues années passée loin de sa famille et retombe dans les bras de son amour d'enfance. Elle le convainc de l'inviter chez lui malgré ses réticences et découvre peu à peu la maison et sa « magie ». Cependant, Maison refuse bien entendu de laisser Gavin et Delilah vivre leur vie de couple et de là découle une suite d'évènements aussi terrifiants qu'angoissants ! Ces derniers sont vraiment très bien décrits : la plume de l'auteur(e) est fluide, instinctive et presque magique tant on voit la maison hantée se préparer au pire ! 

Pour moi, la Maison et son histoire sont absolument géniaux ! Un dix sur dix, un deux cent sur cent : j'ai vraiment été conquise par ce côté de l’histoire.

 

l

 

 

Cependant, le personnage de Delilah m'a semblé contradictoire et totalement ... inadéquat à cette histoire ! En effet, dès le début du roman, elle est décrite comme un personnage assez sombre : elle aime le gore, la violence, les peintures médiévales sanguinolentes ... Elle ne devrait donc pas être « aussi » effrayée que cela face à la maison ... pourtant elle est très vite sujette à des hallucinations, à des crises de panique et de paranoïa face aux phénomènes magiques ! De plus, Delilah m'a vraiment agacée puisqu'elle ne pense qu'à une chose : le sexe ! Tout le temps, immanquablement, et ce dès que Gavin est dans les parages !  (Et même quand il ne l’est pas d’ailleurs !) Ça en devient vraiment agaçant au bout d'un moment ! Pour moi, ce n'est pas véritablement une histoire d'amour mais plutôt une façon pour Delilah de combler ses délires sanguinaires : Gavin n'est que le reflet d'un désir d'accéder à l'étrange et donc à sa maison ! 

Ainsi, le couple ne se construit pas progressivement mais est amorcé par Delilah, qui fait constamment état d'une certaine forme de vulgarité et de franchise mal placée ! Je pense que même Mme de Merteuil ne se comportait pas ainsi dans les Liaisons dangereuses

 

De même, les autres personnages de l'histoire semblent inutiles : les parents de Delilah semblent se moquer éperdument de leur fille, les autres lycéens n'ont aucun rôle ! Le roman se focalise donc uniquement sur Delilah et sur Gavin à l'aide d'un récit à double narration avec un chapitre écrit du point de vue de Delilah alternant avec un chapitre écrit du point de vue de Gavin. 

 

o

 

La fin du roman est assez banale et ne donne rien de nouveau à voir : on aurait pu espérer un retour du mystère, de la magie mais nada ! Delilah et Gavin se retrouvent pour un énième rendez-vous érotique et ... voilà  ! Rien de plus ! Une fin qui est donc un peu trop simplette à mon goût et même un peu ridicule : en effet, après la « chute » de la maison, les deux personnages sont considérés comme des « Stars », ce que j'ai trouvé vraiment drôle puisque ces derniers sont des rescapés d'un fait surnaturel ! Tout est écrit comme s'ils étaient des héros, qu'ils avaient vaincu le mal ou autre, bref une surenchère un peu ridicule !

Après le Silence, comme tous deux l’appelaient désormais – ou après la Chute de la maison Patchwork, comme disaient les autres – ils étaient devenus les chouchous des médias du monde entier.

J'attribuerais la note de 3/5 à ce roman, bien que j'ai été tentée de mettre un 2 : seule la maison et le mystère relève le roman de l'abîme dans lequel le personnage Delilah le jette immanquablement ! Une très bonne intrigue, que les amateurs de frisson adoreront mais vite assombrie par le personnage de Delilah ! 

 

QQQ

 

Et vous ? Avez-vous déjà lu ce roman ou d’autres romans de Christina Lauren ? Qu’en avez-vous pensé ? 

 

A très bientôt, 

q< Julie  r

Share this post

Repost 0

Comment on this post