Maman a tort : un presque coup de coeur ! de Michel Bussi

Aujourd’hui, je viens pour discuter du Thriller du moment, Numéro 1 partout en France (ou du moins, à la Fnac ;)), à savoir : Maman a tort, de Michel Bussi

 

Éditions Presses de la Cité, Pocket 

Paru le 7 Mai 2015 

512 Pages, 8euros 90

Synopsis : Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent.

Qui est Malone ?

 

p

Mon avis 

 

Ce roman commence assez bien, avec des personnages forts et des affaires policières, le tout agrémenté d'un enfant dont le passé semble à découvrir ! Tout pour séduire donc ! Le personnage principal, ou plutôt l'un des personnages principaux, Marianne Augresse a été un coup de coeur : cette femme presque "menacée" par la ménopause, entraînée malgré elle au milieu de deux affaires qui semblent s'opposer mais n'en sont pourtant qu'une ! C'est un personnage très fort : elle est inventive, féminine, sérieuse, mais est tout de même humaine, et c'est cela qui m'a touché chez ce personnage. On ressent ses envies de maternité à travers des phrases poignantes, très bien construites et le narrateur présente véritablement l'intériorité des personnages, sans omettre aucun détail ! 

Un instant, Marianne pensa à la chambre de son appartement, celle à côté de la sienne, vide, en bordel, peuplée de cartons jamais déballés, de sa guitare poussiéreuse, de sa collection de poupées péruviennes décolorées et d’un tancarville où elle étendait des sous-vêtements qui n’excitaient personne. Un instant, elle l’imagina peuplée d’un mobile arc-en-ciel, d’un papier peint de chats roses, de rideaux girafe, d’une moquette clowns …

Idem pour Malone, un petit garçon très attachant, qui est au coeur du roman, et qu'on ne peut pas s'empêcher d'adorer : il est loyal à sa vraie mère, enjoué mais est tout de même un enfant avec ses caprices, ses envies, ses aventures imaginaires ! J'ai adoré sa loyauté, sa détermination jusqu'au dernier moment : un petit bout d'à peine 4 ans mais qui est un héros ! 

 

Cependant, le bas blesse pour les parents de Malone : j'ai trouvé le père (Dimitri) bien trop distant ! Pour qu'un père appelle un enfant « le gosse » constamment, il faut vraiment le faire ! Dimitri est froid, naïf, et n'a pas d'utilité pour moi dans ce roman si ce n'est d'être le liant entre les deux affaires policières ! Pareil pour Amanda, la mère de substitution de Malone : je conçois bien qu'une mère puisse être ravagée par le chagrin mais de là à échanger son fils avec un autre pour ne pas voir l'un des deux mourir ... moyen tout ça je trouve ! 

 

Quant au psychologue Vasile Dragonman, je l'ai beaucoup aimé : intelligent, sûr de lui, séducteur ... tout pour plaire ! J'ai même cru à un moment qu'il allait finir avec Marianne Augresse tellement j'ai été prise dans l'action !

Marianne Augresse leva la main, comme pour prendre la pose à Vasile et disposer d’un temps pour l’observer. Ce psy était bourré de charme ! Un peu plus jeune qu’elle peut-être. Elle adorait ces hommes timides, réservés mais qu’on devine consumés d’une passion intérieure. Le charme slave, du moins c’est ainsi qu’elle imaginait les hommes de l’Est, ceux aux destins tragiques des romans de Tolstoï et des pièces de Tchekhov.

 Enfin, que dire d'Angie, alias Angélique, qui m'a bluffé du début à la fin : j'ai été abasourdie lors de la découverte du passé de ce personnage ! Ça c'est du suspense !! 

 

Du point de vue de l'intrigue, j'ai été conquise : tout fait sens et est très bien imaginé ! Mais la fin du roman est tout de même trop compliqué : au final, ce sont presque 10 « méchants » qui sont réunis, et ça fait beaucoup trop ! Comprendre que X a échangé Y avec C parce que A et B avaient menti sur C mais que T voulait juste autre chose .... Je pourrais faire tout l'alphabet tellement je me suis emmêlé les pinceaux au bout d'un moment ! 

Quant à la fin du roman, je la trouve plausible si ce n'est qu'une grosse ellipse apparaît et me laisse fortement douter : Comment Gouti (le doudou de Malone) lui est-il revenu ? Comment Marianne l'a-t-elle fait transmettre à l'enfant ? Et pourquoi n'ont-ils pas été arrêtés ? Sur les trois épilogues proposés à la fin, seul celui d'Amanda m'a plu : elle a enfin du chance de retrouver le bonheur ; pour Angélique et Marianne, le tout s'avère trop naïf à mon goût. 

 

Finalement, je donnerais la note de 4/5 à ce roman puisque je l'ai beaucoup aimé et j'ai adoré tenté de décoder les indices laissés par la véritable maman de Malone à son fils ! 

Un presque-coup-de-coeur donc ! 

 

QQQQ

 

 

Et vous ? L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ?

A très bientôt, 

q< Julie  r

 

Share this post

Repost 0

Comment on this post