Le coeur entre les pages — Un synopsis bien loin de la vérité …

Bonjour à tous, 

 

    Aujourd'hui, je reviens pour vous confier mes impressions sur ma dernière lecture, Le coeur entre les pages, de Shelly King, paru aux éditions Préludes en mai dernier. Je suis tombée sur ce livre par hasard, après avoir publié mon premier feedback sur Netgalley : je regardais les livres proposés par les Éditions Préludes, et je suis tombée sur la page du Coeur entre les livres. J'ai été très intriguée par le synopsis et le petit chat sur la couverture a achevé de me convaincre de faire parvenir une demande à la maison d'édition. Quelques jours après, grande surprise dans ma boîte mail : ma demande avait été acceptée ! Alors voici donc sans plus attendre ma chronique sur Le coeur entre les pages ! 

 

Le coeur entre les pages, de Shelly King 

Éditions Préludes

Paru le 6 mai 2015, 14€60

 

Synopsis : Maggie, 34 ans, vient d’être licenciée de la start-up branchée de la Silicon Valley où elle travaillait. Que faire sinon traîner au Dragonfly, la pittoresque librairie de livres d’occasion ? Lassé de la voir végéter, Dizzy, son meilleur ami, lui propose de participer à un club de lecture. Au programme : L’Amant de Lady Chatterley. Dans l’édition ancienne qu’elle déniche, Maggie découvre une mystérieuse correspondance amoureuse… Cette découverte va bouleverser la vie de la jeune femme et celle de la petite librairie menacée de fermeture par la concurrence. Le tout sous les yeux espiègles de Grendel, le chat qui a élu domicile parmi les rayonnages.

 

N

Mon avis

 

    Le coeur entre les pages fait parti de ces livres que l'on choisi de lire parce qu'on est emballé par le synopsis mais qui se révèle tout à fait différent de nos attentes.  Je m'attendais à une recherche effrénée des deux amants mystérieux présentés dans le synopsis, mais finalement, Le coeur entre les pages est à la fois une histoire de vie qu'une histoire de livres. C'est presque métaphoriquement une « tranche de vie », un passage par lequel on passe tous pour arriver à nos fins, pour se trouver. 

 

    Le personnage principal, Maggie, m'a au début un peu étonnée : c'est une jeune femme simple, et j'ai eu beaucoup de mal à comprendre ses relations avec les autres personnages ; mais pour la simple et bonne raison que ces relations se construisent tout au long du roman, il faut donc attendre quelques centaines de pages pour en comprendre la complexité. 

 

Le roman se situe dans une petite ville de la Silicon Valley, un hors-temps et un hors-champ où tout se voit, mais surtout où tout se lit. J'ai adoré les personnages secondaires, tous très différents, mais également très drôles et intuitifs. Il n'y a aucune illusion dans ce livre, bien au contraire, chaque personnage est au fait de ses défauts, des intentions des uns et des autres et il n'y a pas de mystères. 

 

D'ailleurs, gros point positif pour Grendel, le chat de la librairie, qui ponctue ses apparitions dans la librairie à des moments clés. La présente de cet animal est ce qui rend la librairie vraiment vivante à mes yeux et on le ressent de façon  notable à la fin du roman. 

 

J'ai été déçue par la révélation finale de l'identité de Henri, trop simple et pas assez recherchée : le synopsis annonçait presque une quête, une recherche de ces deux amants inconnus au bataillon ; mais les révélations finales sont presque sans saveur. 

 

    Finalement, c'est bien l'histoire de Maggie qui rend le livre intéressant et en fait une bonne lecture, davantage que l'histoire des amants tapis au fond du livre. Et c'est ça qui rend le livre totalement surprenant : si la promesse du résumé n'est pas véritablement tenue, l'histoire de Maggie et de son cheminement est si impressionnante et bien écrite qu'on en oublie bien volontiers les petits mots de l'Amant de Lady Chatterley. 

 

Pour conclure cette chronique, je dirais que j'ai été très agréablement surprise : ce roman n'a pas validé les attentes que j'avais en lisant le résumé mais l'histoire est prenante malgré tout, les personnages sont drôles, décalés, attachants et on découvre quelques magnifiques citations disséminés au début des chapitres, qui font de ce roman une petite perle malgré quelques gros passages à vide. 

Ce sont nos imperfections qui nous rendent plus dignes d’amour. — HENRY.

Le coeur entre les pages, chapitre 10, p.150/230.

Pour moi, ce roman mérite la note de 4/5 : il a réussi à dépasser mes attentes sans combler celles que je m'étais fixé au début de la lecture et reste très agréable à lire ! 

dddd

 

Et vous ? Connaissez-vous des romans dont le synopsis et le récit étaient totalement différents ? 

 

A très bientôt, 

q< Julie  r

Share this post

Repost 0

Comment on this post