Devenir Christian Dior, de François-Olivier Rousseau — revivre la mode pour revivre le monde.

Hello you, 

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur le livre « Devenir Christian Dior » de François-Olivier Rousseau, qui était présenté sur Netgalley, en partenariat avec les éditions Allary

 

Suite à la validation de la maison d’édition, je me suis empressée de lire ce livre car, si vous ne le savez pas déjà, je suis une grande fan des biographies. J’adore ça et je trouve qu’il n’y a rien de meilleur pour découvrir l’Histoire et des histoires sous un nouveau jour ^^ 

D’autant plus qu’en première année de fac, j’avais suivi un séminaire sur « La mode dans la littérature ». Cette biographie de Christian Dior était donc bien lancée pour raviser mes souvenirs de Licence 1 !

 

Éditions Allary 

Sorti le 15 Septembre 2016

300 Pages, 18€90

Synopsis : Paris, années 1920 : un jeune homme cherche sa voie. Il passe ses soirées au Bœuf sur le toit en compagnie d’artistes déjà célèbres qui tous le reconnaissent comme l’un des leurs. Et pourtant Christian Dior ne sait pas encore comment exprimer son talent. C’est en crayonnant des modèles de chapeaux et en dessinant des robes pour des rubriques de mode qu’il découvre enfin sa vocation. Mais la guerre coupe court à ses ambitions. Démobilisé, Christian Dior rentre à Paris et seconde Lucien Lelong qui se bat contre l’occupant pour garder en France l’industrie de la couture. En 1947, il présente sa première collection : le New Look. Le succès est foudroyant et planétaire. La maison Dior devient l’incarnation du chic français, et son créateur un mythe instantané. Voyage dans l’avant-garde artistique des Années folles et dans l’univers effervescent de la mode, cette biographie romancée fait revivre le destin mouvementé d’un créateur d’exception.

 

 

N

Mon avis

 

 

L’histoire du célèbre couturier commence à la campagne, alors qu’il découvre ses premières aspirations, ses premiers boutons de fleurs, symbole qui perdure tout au long de la biographie. Présenté dès son enfance, une vue très complète de Dior est amenée, progressivement. On suit ainsi les évolutions de ce génie de la couture : de petit garçon vendeur de fleurs pour aider dans l’effort de guerre, au malade, puis au couturier et enfin à l’homme de gloire. 

 

    J’ai adoré tous les indices laissés de-ci, de-là par l’auteur, comme autant de petits clins d’oeil cachés, comme si l’avenir de Dior nous souriait et nous regardait d’un air espiègle. Notamment cette phrase présente dans les premiers chapitres du roman et que j’ai beaucoup aimé : 

 

Un mouchoir noué autour de son cou relève d’une touche fauve le camaïeu de gris et de beiges que composent des hardes sélectionnées avec un indécelable soin. Ce jeune bohémien n’est pas sans parenté avec les baladins qui hantent la période rose de Picasso dont Christian Dior n’a encore jamais entendu parler. Mais, c’est un fait fréquemment observé, comme les grands esprits, les grands artistes se rencontrent. Même lorsqu’ils l’ignorent.

Le ton est donné : il s’agit de découvrir Christian Dior en vivant à ses côtés, en revivant l’Histoire d’une certaine manière. Le fait est que l’Histoire de la France sous l’occupation et l’Histoire de Dior s’entremêlent particulièrement bien et, moi qui ne suit pas adepte des romans focalisés sur les grandes guerres, j’ai beaucoup aimé le ton avec lequel l’auteur dépeint cette épisode historique tout en alternant la vie de Dior, les évolutions de la mode et l’horreur des déportations. 

 

Je m’attendais à ce que seule la vie de Dior soit dépeinte, mais c’est celle de tout un milieu littéraire qui est dépeint : de Cocteau aux rédactrices du Harper Bazaar, en passant par Les premiers pas de Balmain dans la mode. 

 

    François-Olivier Rousseau a fait de Christian Dior un personnage accessible, en démystifiant un peu le Maître, en le rendant finalement plus humain. Le personnage-homme apparaît et nous ravit : aventures d’un soir, famille, peur et inspiration se mêlent dans une biographie haletante, qu’on lit en quelques bouchées, avide d’en savoir toujours plus

Car c’est bien d’avidité dont ma lecture s’est remplie : cette envie d’en savoir toujours plus, d’être plus près des créations, de Dior, du créateur a rendu ma lecture très agréable : j’ai (re)découvert le plaisir de découvrir la mode, comme je l’avais fait lors de ce fameux séminaire de première année de fac, où j’avais compris que la mode ne se voit pas, mais qu’elle se vit. Et c’est bien la vie des créations de Dior qui apparaît en filigrane de ce roman car elles sont l’incarnation même d’une vie difficile entre incertitudes et volonté de parvenir à ses fins. 

 

— Mais à la fin vous deviez réussir … On ne peut que réussir avec un nom pareil …
— C’est drôle ce que tu dis. Tu penses que les noms ont un tel pouvoir ?
— Imaginez, suggère Domino, de quoi elle aurait l’air votre griffe, sur vos cravates, si vous vous appeliez Gaston Tartempion … mais ça risquait pas d’arriver … Un nom, c’est le destin qui vous le donne …
— Alors tu crois au destin ?
— Et comment !

Voici une des créations de Dior que j’ai redécouvert au fil des pages, entre inspirations d’un jour et moeurs d’une époque, entre révolution de la mode et simplicité :

 

 

Pour conclure, je dirais que j’ai beaucoup aimé ce roman, et que je l’ai lu bien plus vite que ce à quoi je pensais. J’ai été emportée dans le tourbillon de la vie de Christian Dior entre tissu, couturière et jardinage. 

 

Ce sera donc un 5/5 : Devenir Christian Dior n’est pas un coup de coeur habituel, ce n’est pas un livre qui a fait chaviré mon coeur soudainement mais plutôt un de ces livres que j’ai achevé un sourire aux lèvres, satisfaite et détendue, apaisée. Heureuse d’avoir redécouvert un monde que je pensais connaître. 

 

 

Et vous ? Aimez-vous les biographies ? 

 

À très bientôt, 

q< Julie  r

 

Share this post

Repost 0

Comment on this post

Eden ( l'âme des mots) 10/03/2016 18:53

Oh, il faut absolument que je lise cette bio car j'aime énormément les biographies et suis fan de la New Look, et plus généralement de toute l'histoire de la mode. Je trouve ça passionnant. Merci de la découverte !

Julie 10/10/2016 19:25

Coucou :)
Elle est super bien, je ne peux que te la conseiller ^^
Derien, c'est un plaisir ^^

samsha 10/01/2016 11:37

Une belle découverte de rentrée littéraire! J'ai très envie de m'y plonger grâce à ta chronique :-)

Julie 10/01/2016 19:25

Coucou :)
Ravie que ma chronique te donne envie ! Ce livre est vraiment génial, et il allie superbement Histoire et histoire, ce qui est un vrai plus (nous ne sommes pas uniquement plongés dans les patrons de Dior, mais bien dans un siècle tout entier) ^^ N'hésites pas à me dire si tu le lis ^^ J'adorerais lire ta chronique :)