Une étude en rouge, de Sir Arthur Conan Doyle

Hello   there, 

 

    À l'occasion du Week-end à 1000, je m'étais concoctée une petite pile à lire très sympathique dans laquelle figurait notamment deux livres de Sir Arthur Conan Doyle. Hé oui, en ce moment, je suis dans ma période « Romans policiers », et quand je suis tombée sur cette édition absolument adorable (j'adooore la couverture à la fois simple et révélatrice), j'ai craqué et j'ai emmené Une étude en rouge chez moi (je l'ai payé hein, ne vous en faites pas ^^"). 

 

Éditions Librio, Collection Policier

Paru en 2016, 

126 pages, 2€

Synopsis : Au n°3 de Lauriston Garden, près de Londres, dans une maison aide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce alentour. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : Rache ! Vengeance ! Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par de sanguinaires Mormons chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestrée dans le harem du fils de l'Ancien. Quel lien entre ces deux événements aussi insolites que dramatiques Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dévider. Une intrigue tout en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître...

 

Qu'en ai-je pensé ? 

lljhkgjfhg lljhkgjfhg

 

    Ce roman est le premier de la longue lignée des Sherlock Holmes écrits par Sir Arthur Conan Doyle : en effet, il en existe douze (si je ne me trompe pas ... non, c'est bien ça ^^). C'est également le roman qui voit naître la relation entre Holmes et Watson et c'est l'une des raisons (bon d'accord la raison principale) qui m'a poussée à acheter Une étude en rouge ! Quoi de plus mythique que la relation qui existe entre ces deux personnages ?! 

    Dès le début du roman, Watson est présenté comme étant le narrateur de l'oeuvre : c'est à travers ses yeux que l'on découvre Sherlock Holmes et ses réflexions toutes plus farfelues les unes que les autres ... mais aussi totalement justes ! J'ai adoré le début de ce roman (quoiqu'on puisse parler d'une nouvelle policière au vu du nombre de pages) qui rentre d'emblée dans le vif du sujet : pas de tergiversations, pas de remises en question des personnages mais un début propre, net et impeccable. Les deux personnages se rencontrent et l'intrigue commence au bout d'une trentaine de pages. 

    

    J'ai pu observer trois axes majeurs dans ce roman : le point de vue de Watson, éternel sceptique ; celui de Sherlock Holmes, très difficile à suivre puisque ses pensées semblent toujours déconnectées de la réalité et en proie à des réflexions incessantes ; et celles des gendarmes, qui se font dépasser et humilié par Sherlock. D'ailleurs, cette lecture s'est avérée plus comique que prévu puisque les enquêteurs londoniens ne cessent de trouver des explications qui tiennent la route  mais sont presque naturellement floués par Holmes ! 

 

    Les indices de l'intrigue doivent être recueillis au fil des pages, et je dois avouer que je me suis totalement laissée apprivoisée par l'histoire : je n'ai absolument pas vu le dénouement arriver, j'ai été surprise par toute l'histoire racontée et j'ai presque eu l'impression que Holmes se moquait par instant de la crédulité du lecteur. Holmes est en effet un personnage des plus singuliers : il est à l'extrême jonction entre le savant fou et le brigand des rues : il allie ruse et savoir dans un savant mélange qui finit par retomber délicatement sur le récit, comme si tous les éléments de l'intrigue s'enclenchaient sous nos yeux. 

    

    La fin de l'histoire est tout simplement extraordinaire et je l'ai trouvé très inventive. Cependant, j'ai très peu aimé la dichotomie entre récit de Watson et récit d'un autre personnage, qui a presque coupé le roman en deux. Cette fracture m'a laissée circonspecte pendant quelques pages et je ne comprenais plus ce qui se passait. Très concrètement, ce serait peut-être un des seuls points (voire le seul point négatif) de ce roman policier que j'ai somme toute adoré. 

 

    Une étude en rouge est un roman bien ficelé, drôle, inventif et créatif qui m'a séduite et j'ai déjà hâte de lire les autres romans de cette série policière (il m'en reste encore 11 à lire, hourra !!) 

 

Ce sera donc un 4/5 pour ce premier roman policier de Sherlock Holmes. 

 

Et vous ? Avez-vous déjà lu des livres de Sir Arthur Conan Doyle ? 

Qu'en avez-vous pensé ? 

 

À bientôt, 

Julie.

Share this post

Repost 0

Comment on this post