Harry Potter and the Prisoner of Azkaban (V.O.)

Hello There, 

 

Éditions Bloomsbury

Paru en 2014 

461 pages, 6,99£ 

Synopsis : Sirius Black, le dangereux criminel, qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter. C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d'une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes... Mais Harry est-il vraiment à l'abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d'émotions. Frissons et humour garantis !

 

Qu'en ai-je pensé ? 

serdtfyguhijkljhgf

 

 

Il y a quelques semaines, je me suis rendue au temple sacré des Potterhead (dont je fais parti sans aucun scrupule), à savoir les Studios Harry Potter de Londres !!!! J’ai donc craqué sur deux livres : une édition VO Bloomsbury de Harry Potter and the Order of the Phoenix estampillée HP Studios, et une édition plus classique de Harry Potter and the Prisoner of Azkaban

Ayant un niveau d’anglais « passable » (en tout cas, c’est ce que j’aime croire ^^), j’ai commencé Harry Potter and the Prisoner of Azkaban

 

J’ai mis presque un mois à lire ce livre alors que le nombre de pages est relativement court (quatre cents pages environ), mais comme je vous en avais parlé précédemment, lire en anglais me prend beaucoup plus de temps que lire en français. Pour vous donner une idée, je lis une centaine de pages en français en une heure contre deux jours en anglais ! Ce n’est pas faute de ne pas comprendre, c’est juste que mentalement, ça me prends beaucoup plus de temps (d’ailleurs, si quelqu’un avait une théorie là-dessus, je suis preneuse ^^). 

 

    Mais en dehors de ce petit contretemps, j’ai ADORÉ lire ce roman en anglais ! Dès le début du roman, j’ai été prise d’assaut par la plume de J.K. Rowling, emmenée directement dans Privet Drive malgré moi, comme transportée dans un autre univers et sans que cela ne me choque ou ne me dépayse. J’étais de retour à la maison, à Poudlard, en moins de temps qu’il n’en faut pour le lire ! (Ah, z’avez vu le jeu de mots ?^^) 

 

    Dès le début du roman, le mystère se tisse autour de Sirius Black et des auras de mensonges et de déconvenues qui entourent ce personnages plus que déconcertant : qui est-il ? Que veut-il à Harry ? Pourquoi veut-il à tout prix aller à Poudlard ? Le suspens demeure tout au long du récit et j’ai retrouvé le rythme de Rowling : parfois languissant, parfois trépidant mais toujours pertinent ! 

 

    L’immersion dans le monde d’Harry et de ses camarades se fait assez vite et les chapitres s’enchaînent sans que l’on s’en rende compte. Les mois passent, puis les saisons et les fêtes de fin d’années. J’ai adoré redécouvrir certains éléments à travers leurs noms initiaux : Longbottom pour Londubat m’a notamment beaucoup fait rire. Mais au-delà de cette redécouverte, je me suis surtout rendue compte que j’appréciais encore plus les personnages que lors de ma lecture en français et c’est tout l’avantage de la version originale du texte. Lupin est encore plus touchant, avec des mots qui décrivent très exactement son état lors des pleines lunes et le récit tourne à la fois autour de la vie au château et autour des énigmes qui concernent aussi bien la trame générale de l’intrigue que quelques personnages isolés tels qu’Hermione, qui perd les pédales.     

    Au fur et à mesure de ma lecture, j’ai été prise par le suspens toujours grandissant et je suis très vite arrivée à la fin du roman, où apparaît la révélation finale : Sirius Black n’est pas qui l’on croit, ne vient pas pour ce que l’on croit et ne veut pas tuer qui l’on croit. Autant de déconvenues qui peuvent laisser le lecteur sur les fesses si l’on y prend pas garde

J.K. Rowling confirme son statut d’auteur exceptionnelle et reste l’une des mes auteurs favorites (Rick Riordan étant en bonne place également dans ma liste) et Harry Potter and the Prisoner of Azkaban ne fait que confirmer cela ! 

 

Ce troisième opus de la saga éponyme est incontestablement un des romans « turn over » de la série, qui plonge le lecteur dans les aspérités les plus ténébreuses de ce monde enchantant et désarçonnant. Encore et toujours, ce sera donc un coup de coeur, aussi bien en anglais qu’en français ! 

 

 

Et vous ? L’avez-vous lu en anglais ou en français ? 

Qu’en avez-vous pensé ? 

 

À bientôt, 

Julie.

Share this post

Repost 0

Comment on this post