Un sac de billes, de Joseph Joffo

Hello    There, 

 

Éditions Le livre de poche jeunesse 

Paru en Octobre 1973 

425 pages, 5€90

Synopsis : Paris, 1941. Joseph a dix ans. Dans le pays occupé par les nazis qui obligent tous les juifs à porter l’étoile jaune, le jeune garçon et son frère Maurice tentent de franchir la ligne de démarcation sans papiers, pour gagner la zone libre.

 

Qu’en ai-je pensé ? 

esdrftgyhuijkopedrtfyguhijokpj

 

    C’est après avoir vu la bande annonce du film Un sac de billes, adaptation de Christian Duguay, que j’ai eu envie de lire ce récit autobiographique ; d’autant plus que depuis quelques mois, je suis dans ma période « romans historiques ». 

Première surprise : ce roman est un récit autobiographique. Je pensais qu’il s’agissait d’un récit de fiction mais que nenni et c’est l’une des premières surprises que m’a réservé ce roman. 

    

    Celui-ci commence par présenter les personnages principaux, Maurice et Joseph, ainsi que leur départ en catimini pour la zone libre. J’ai adhéré dès le début à la voix narratoriale, une voix d’enfant touchante et adorable, qui raconte alors les mots des enfants ces quêtes, ces poursuites et ces aventures sans fin. Et Joseph le dit lui même, c’est un peu le jeu du « gendarme et du voleur ». Sauf que ce jeu prend une envergure impressionnante et ne fait que s’amplifier du début du roman à la fin de ce dernier : si au début, seule la cour de récréation fait état des premières discriminations, c’est très vite le monde entier qui semble se léguer contre nos deux héros

 

    L’intrigue est dépeinte à travers les yeux des enfants, ce qui en fait un récit plus léger, moins dramatique que certains romans sur la deuxième guerre mondiale que j’ai pu lire dans le passé. En tant qu’adulte, je comprends les choix des adultes, les vérités qui sont cachées derrière chaque mot, et que les enfants ne comprennent pas, mais que le narrateur — lui — ne connaît que trop bien. 

 

J’ai trouvé admirable l’attitude de Maurice et de Joseph, qui sont deux héros intrépides à part entière. Ils jouent parfaitement leur rôle d’enfant, entre innocence et malice, puisque ces enfants ont bien plus compris que nous les rouages des S.S.. Il faut mentir, à tout prix, se forger une nouvelle identité, en rechanger encore et encore, fuir et revenir, mais toujours mentir, toujours se cacher. En cela, Joseph me ressemble un peu : j’étais une grande menteuse dans ma jeunesse mais mes mensonges m’ont tiré de bien des soucis, un peu comme Joseph mais à moindre mesure. 

 

    Dans Un sac de billes, un certain nombre de personnages apparaissent et disparaissent : des hommes qui les aident à ne pas se faire prendre par les S.S., d’autres qui sont des S.S. mais aident les enfants à s’échapper, et d’autres qui ne pourront jamais s’échapper du piège tendu par les Allemands. 

 

    L’intrigue est par moments répétitives, puisque la fuite est constante au fur et à mesure que les Allemands envahissent la France et que le racisme antisémite augmente dans les rues ; mais Maurice et Joseph trouvent toujours un moyen différent de s’en sortir, de s’échapper à tout prix pour leur vie et pour leur famille. La lecture du roman s’est faite très vite, en un jour à peine tant le style de Joseph Joffo m’a conquise ! On ressent à demi-mot la voix du narrateur, celle de l’adulte qui sait le futur de cet enfant, de ce petit Joseph, dont il reprend le récit. 

 

    La touche finale de ce livre est son épilogue, qui résonne comme un deuxième récit, celui de Joseph Joffo adulte et qui nous livre ses peurs sur l’avenir. Plus que le récit, c’est véritablement cet épilogue qui fait réfléchir le lecteur et fait de ce roman autobiographique un roman « coup de poing ».

 

    Cette lecture est un gros coup de coeur : un récit enfantin, tragique mais si bien écrit que la lecture en est des plus fluides ! J’ai adoré suivre les pas de Maurice et de Joseph, les voir grandir, ingénus et intrépides, plus courageux que les adultes qu’ils côtoient. Ce sera donc un 5 étoiles pour ce roman, et j’ai bien l’intention de lire la suite de ce récit, et pourquoi pas de faire un marathon des romans de Joseph Joffo. 

 

 

L’avez-vous déjà lu ? 

Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

 

À bientôt, 

Julie.

Share this post

Repost 0

Comment on this post

Marinette 02/10/2017 10:29

Un témoignage très touchant et fort.

Chapitre-Livresque 01/04/2017 22:52

Oh contente qu'il t'es plu !!!!

PS : Tu feras attention on voit tes "sauts de lignes" ex en haut en vert "Hello There," et en rose "esdrftgyhuijkopedrtfyguhijokpj" :)

Julie 01/14/2017 14:27

Oui, je l'ai trouvé vachement chouette ^^
Ah zut ! C'est parce que mon ordinateur a la police du coup, ça m'apparaît pas chez moi ^^ Je vais changer tout ça ^^
Merciiii ^^