The Revolution of Ivy, d’Amy Engel

Bonjour à tous, 

 

 

 

Éditions Lumen 

Publié en 2015, 

Synopsis : J'ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L'homme que j’aime. 

Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d'attendre que la faim et la soif et raison de moi. Ou bien qu'une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant... Mais je refuse d'abandonner. J'en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d'agir, enfin. 

Bishop me l'avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà e la barrière, c'est encore pire. L'hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l'eau, des vivres, un abri. D'autres condamnés avec lesquels m'allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener, purement et simplement, la révolution ?

Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre. 

 

 

    Le début du roman commence assez précipitamment puisqu’un vrai sentiment d’urgence apparaît : Ivy a été expulsée de Westfall, est seule, face à la nature, et surtout face à tous ceux qui vivent hors des villes.

À la différence du Tome 1, Ivy ne cherche plus à rester en vie parce qu’elle a une tâche à accomplir,  mais véritablement à survivre : Bishop disparu, elle est seule confrontée à ses choix, et qui lui permettront (ou pas) de survivre. 

 

    Dès le début, j’ai adoré le courage d’Ivy qui s’est prise en main presque instinctivement, sans se plaindre et avec une détermination qui m’a laissée sans voix ! Alors que beaucoup d’héroïnes sont souvent rattachés à leur prince et incapables de se débrouiller sans appui, Ivy tire sur toutes les cordes et utilise chacun de ses atouts et chacune de ses connaissances pour avoir une chance dans ce monde hostile. 

    Très vite, je me suis rendue compte que je prenais le rythme de l’intrigue : je stressais lorsqu’Ivy se battait, je soufflais lorsqu’elle se reposait et mes méninges carburaient lorsqu’elle rencontrait de nouveaux personnages. Amy Engel m’a emportée dans le monde sauvage aux côtés d’Ivy et le réalisme de la narration a tout de suite porté ses fruits. L’action et les réactions de l’héroïne m’ont sciée : il y a énormément de révélations dans ce deuxième tome. On découvre de nombreux secrets, de nouvelles facettes de certains personnages et on apprend à en détester certains, et à en aimer d’autres

 

    Cependant, j’ai trouvé que le point de vue était parfois un peu trop centré sur Bishop et Ivy, alors que j’aurais aimé découvrir d’autres personnages, d’autres histoires. De même, l’intrigue des autres villes est finalement peu exploré et c’est dommage puisque j’aurai adoré savoir  à quels autres univers l’auteur avait pensé. 

 

    La plaque tournante de The Revolution of Ivy tourne ainsi autour des décisions de l’héroïne, et bien que je n’ai pas compris certaines, j’ai compris sa logique et le bien-fondé de chaque décision. Ivy s’endurcit mais demeure une jeune femme en proie au doute et à la peur. Devenir indépendante lui prend du temps, mais elle finit par y parvenir, par faire les bons choix

    À l’inverse, j’ai eu le sentiment que certains personnages ne murissaient pas, et ça m’a un peu déstabilisée. 

 

    Finalement, ce dernier tome de la duologie met en perspective une héroïne indépendante face à un monde qui se déchire petit à petit et la fin proposée me semble parfaite. À défaut du « happy ending » et du « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfant », l’épilogue  sonne juste et chaque personnage trouve son bonheur sans que personne ne soit lesté au passage. Une fin douce et méritée pour ces personnages que je vais regretter un peu mais qui ont bien mérité le repos. 

 

    Vous l’avez donc compris, j’ai beaucoup aimé ce second tome et j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire et à voir les personnages évoluer au fil du roman, se détacher de leurs a priori et mûrir pas à pas face à un monde qui n’évolue pas forcément dans le bon sens

 

 

Et vous ? Avez-vous lu The revolution of Ivy

Qu’en avez-vous pensé ? 

 

À bientôt, 

Julie

Share this post

Repost 0

Comment on this post