Outlander, Le chardon et le Tartan de Diana Gabaldon

 

Hello There, 

 

 

 

Depuis plusieurs mois, je suis intriguée par la série phare de Diana Gabaldon : Outlander ! J’ai vu cette série un peu partout : sur les réseaux sociaux, sur les blogs littéraires, adaptée en série TV,  … Autant dire que l’oeuvre de Diana Gabaldon prend de l’ampleur ! Je me suis offert le tome 1, intitulé Le chardon et le Tartan, mais en format ebook (j’avais peur de l’acheter en gros format et de ne pas aimer et donc d’avoir un livre abandonné sur mon étagère). 

 

L’intrigue commence très rapidement puisqu’on retrouve Claire, épouse de Frank Randall, vivant au vingtième siècle dans un petit village reculé d’Écosse, entouré de magie et de superstitions. Les premiers chapitres sont ordonnés de telle sorte que l’héroïne est très bien présentée : on comprend son passé, ses rêves et son caractère. J’ai eu un peu de mal à m’identifier à Claire, elle est un personnage particulier, assez éloigné de ceux que j’ai pu rencontrer jusque là dans les romans historiques. 

 

À la suite des premiers chapitres, le basculement vers 1743 s’enclenche et on découvre Claire face aux écossais de l’époque. J’ai été un peu troublée, tout comme Claire, lorsque j’ai constaté la différence face aux deux époques. Cependant, cela ne m’a pas dérangée et j’ai trouvé que cette transition était très bien faite

 

    Diana Gabaldon présente une époque bien particulière : celle de l’insurrection contre les anglais, fomentée par les écossais. J’ai adoré les descriptions très réalistes de l’Écosse, et j’ai vraiment eu l’impression de voir les paysages de mes propres yeux ! Diana Gabaldon a véritablement un don pour l’écriture et j’ai adoré découvrir les landes écossaises. L’inscription spatio-temporelle du roman est claire, et même limpide ! On est en Écosse, aux côtés de ses habitants, lesquels sont superbement dépeints ! 

    En effet, l’auteur dépeint les paysages mais également les us et coutumes de cette époque : on découvre les « laird », les « clans », et la hiérarchie qui s’opère. On y découvre un monde cruel, mais où des hommes bons et mauvais règnent. 

 

    Les liens entre les personnages est toujours très subtil, on retrouve des enchâssements entre ceux qui ont rendu service, ceux qui ont juré serment et ceux qui agissent pour leur propre intérêt. Chaque personnage est véritablement construit et est unique, même si le stéréotype de l’écossais ivre et salace rejaillit bien souvent, et de nombreux passages comiques apparaissent. Ce roman ne dépeint pas uniquement un monde de brutes et de truands, mais également un monde de joie et de rires.

 

Quant à Claire et à Jamie, j’ai trouvé que le contraste entre ces deux personnages principaux était saisissant : chacun a ses rêves, son passé et ses espoirs, parfois déçus. Leur idylle n’était à mon sens pas assez approfondie mais était tout de même très cohérente. Si bien que je n’ai pas été déçue par cette dernière. Par contre, j’ai trouvé que les scènes d’intimité entre ces deux personnages étaient parfois superflues et placés par défaut ; ce qui était un peu dommage. 

    Et si Claire et Jamie sont des « héros », le « méchant » de l’histoire n’est quant à lui pas en reste : Jack Randall est un personnage détestable dans ce roman. Pourtant, je n’ai pu m’empêcher de ressentir de la pitié pour lui, et au fil des pages, Diana Gabaldon montre qu’il y a plus à comprendre, plus à découvrir sur ce personnage.  

 

    La fin du roman est incroyablement triste, mais m’a quelque peu laissée de marbre : j’ai été finalement assez déçue de certains personnages, devenus trop « mièvres » à mon goût. Et seule la fiction historique a fini par me retenir. 

 

    Pour résumer, Le chardon et le Tartan est une superbe fiction historique, bien construite et qui dépeint des paysages somptueux à travers une plume très élégante. Cependant, je n’ai que peu adhéré aux personnages, trop violents ou au contraire trop mièvres et n’ai pas réussi à avoir de coup de coeur, alors que c’était pourtant bien parti. 

 

Je ne sais pas si je lirais la suite de cette série, mais ce qui est sûr c’est que j’ai été plongée dans l’Écosse du dix-huitième siècle sans une once de doute et rien que pour ça, Outlander vaut le détour ! 

 

Et vous ? Avez-vous déjà lu Le Chardon et le Tartan ? 

Qu’en avez-vous pensé ? 

 

À bientôt, 

Julie.

Share this post

Repost 0

Comment on this post