L’amour est dans le trek, de Lauren Weisberger

 

Éditions 12/21 

Paru en 2017 

Format ebook 

    Synopsis Katie, New-Yorkaise bon teint, désire faire un break avant de " devenir adulte " (se marier, trouver un travail...). Sur un coup de tête, elle décide donc de partir au Vietnam, pour un séjour " routard ". Ses parents et son petit ami avocat ont bien du mal à comprendre ses motivations. Ce voyage sera pourtant l'occasion pour Katie de faire le point sur sa vie ...

 

 

    Il y a quelques mois, je suis tombée sur le site des éditions 12/21 qui proposait gratuitement la nouvelle « L’amour est dans le trek » de Lauren Weisberger et comme j’adore cette auteure, j’ai craqué ! ^^

 

    Après des mois d’attente dans ma PAL numérique, j’ai commencé L’amour est dans le trek, que j’ai fini en moins d’une demi-heure puisque c’est en réalité une nouvelle de 30 pages. 

 

    L’histoire débute alors que Katie est déjà avec son groupe, prête à voyager au Vietnam. Très rapidement, le passé de Katie est exposé de même que les raisons de son voyage : trop casanière, sous-estimée par son petit ami, sur-protégée par ses parents, Katie a besoin d’évasion et a surtout besoin de se prouver qu’elle peut voyager seule et devenir indépendante. 

 

    Les enjeux de la nouvelle sont donc très rapidement posés. J’ai beaucoup aimé les aventures que vit Katie au début : la déconfiture, la déception, l’espoir, l’amusement, … Tout y passe sans pour autant que ce voyage devienne une grande histoire d’amour ou une histoire de travail sur soi. Cette nouvelle est véritablement une petite pause dans la vie de Katie : de fait, les journées sont souvent résumées, et seuls les passages vraiment importants sont décrits. 

 

    Cependant, j’ai eu l’impression de ne vivre que la moitié du voyage de Katie : les journées sont tellement résumées et raccourcies qu’on ne voit que la finalité de chaque évènements. J’ai donc été un peu déçue ; d’autant plus qu’il n’y a pas de description des paysages, mais plutôt une vision stéréotypée du Vietnam : rues pauvres, hôtels délabrés et finalement les voyageurs deviennent des versions stéréotypées des voyageurs riches, qui ne jurent que par les hôtels de luxe et les cocktails … 

 

    C’est donc une lecture en demi-teinte, à mi-chemin entre l’agacement et la curiosité et je n’ai pas été séduite (heureusement que la nouvelle n’était pas longue). 

 

 

Share this post

Repost 0

Comment on this post