L’île au trésor, de Robert Louis Stevenson — L’art du classique roman d’aventure !

Hello there, 

 

    À l'occasion de la préparation d'une séquence sur les pirates, j'ai lu L'île au trésor de Robert Louis Stevenson, que je n'avais jamais lu auparavant (je l'avoue, c'est une honte de ne jamais avoir lu ce grand classique). Et après de nombreuses semaines de retard, je me suis dit qu'il était plus que temps de le chroniquer. 

Voici donc mon avis sur L'île au trésor de R.L. Stevenson

 

Édition Bibebooks, 

265 pages

 Synopsis : Le jeune Jim Hawkins est le héros de ce roman, ainsi que le terrible John Silver, l'homme à la jambe de bois. L'"Hispanolia" débarque sur l'Ile au Trésor les "bons" et les "méchants". Dès lors, une lutte implacable se déroule pour retrouver le trésor amassé par Flint, redoutable pirate mort sans avoir livré son secret.

 

Qu'en ai-je pensé ? 

serdtfyguhijkljhgf

 

    Le personnage principal, Jim Hawkins, est un jeune garçon très attachant qui correspond parfaitement à l'image du « matelot » jeune et débrouillard. J'ai beaucoup aimé le fait que le récit soit raconté par Jim Hawkins d'autant plus que bien qu'il soit un enfant, le registre de langage utilisé prouve une certaine maturité qui m'a très souvent fait oublié que le narrateur était un enfant d'une dizaine d'années.  Jim Hawkins est très courageux et est de toute évidence le héros de ce roman : courageux, généreux et voué au bien de ses camarades, il est sans nul doute un exemple pour les enfants qui lisent L'île au trésor. 

 

    Et étrangement, j'ai trouvé qu'il en était de même pour les autres personnages : Oui, Flint est un brigand et les autres pirates ne sont pas mieux, mais entre le flibusterie, les vols et les divers méfaits commis, j'ai trouvé que ceux-ci étaient tout de même très débrouillards et courageux ; notamment John Silver qui parvient à sortir indemne des épisodes les plus noirs et les plus dangereux. De plus, la description faite par le narrateur dépeint de vrais « méchants » : des jambes de bois, des aventures des plus scabreuses, des meurtres, ... mais pourtant je me suis attachée aux pirates et je les ai préféré aux héros de l'histoire, qui sont de bons marins. Logique de l'histoire : comme dans Pirates des Caraïbes, on préfère les flibustiers aux soldats de la Reine ^^"

 

    L'intrigue est quant à elle très simple : une carte au trésor trouvée, une expédition, une rébellion ... bref, de quoi faire un roman sympathique. L'intrigue des cent premières pages est assez simple : les personnages sont présentés, et c'est le début de la quête. Cependant, le reste du récit est bien plus palpitant : les pirates se démènent pour mettre des bâtons dans les roues des « marins d'eau douce », lesquels tentent de se tirer du guêpier dans lequel ils sont et Jim Hawkins joue le rôle d'infiltré et d'espion dans les deux camps. Faire d'un enfant le héros principal du récit était vraiment très bien pensé dans la mesure où ce dernier peut facilement se glisser d'un camp à l'autre

    La fin de ce roman d'aventure est assez bien tournée : il n'y a finalement ni méchant, ni bon, juste des hommes qui ont combattu et ont su se défendre et surtout survivre. 

 

    Pour conclure, je dirais que ce classique est vraiment indispensable et qu'il faut le lire au moins une fois : l'enchevêtrement des actions, la dynamique du roman et la diversité des personnages en font un roman très agréable, qui se dévore en une seule bouchée et qui donne incontestablement envie de savoir la suite. Pour un premier roman, Robert Louis Stevenson a donc fait fort puisqu'il a tiré toutes les cartes nécessaires à l'écriture d'un chouette roman d'aventure, accessible aux « enfants de 7 à 77 ans » comme disait Sardou

 

Je donnerai 3 étoiles à ce roman d'aventure car il constitue une lecture agréable mais qui ne m'a pas marqué plus que cela. 

 

Et vous ? Avez-vous lu ce roman d'aventure ? Qu'en avez-vous pensé ? 

 

À bientôt, 

Julie.

Share this post

Repost 0

Comment on this post