La mer infinie, de Rick Yancey — Un grand huit d’aventures et d’émotions !

Bonjour à tous, 

Aujourd’hui, je reviens pour donner mon avis et mes impressions de lecture sur La mer infinie, le Tome 2 qui fait suite à La cinquième vague, que j‘avais chroniqué juste ici

Éditeur : Michel Laffont

Collection R 

Paru le 16 octobre 2014 

416 Pages, 17€90

Synopsis : Comment débarrasser la Terre de ses sept milliards d'habitants ? Retirez aux hommes leur humanité… Cassie Sullivan et ses compagnons ont survécu aux quatre premières vagues destructrices lancées par les Autres. Maintenant que l'espèce humaine a été presque entièrement exterminée et que la 5e Vague déferle sur la planète, le groupe se trouve face à un choix : se préparer à affronter l'hiver en espérant le retour rapide d'Evan Walker, ou se mettre en quête d'éventuels survivants avant que l'ennemi ne referme sur eux son impitoyable piège. Personne ne peut prédire à quels abîmes de cruauté les Autres sont prêts à s'abaisser, ni à quelles hauteurs l'humanité saura se hisser. La bataille finale ne fait que commencer...

Ils connaissent notre manière de penser.

Ils savent comment nous exterminer.

Ils nous ont enlevé toute raison de vivre.

Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

 

 

N

Mon avis

 

Ce deuxième tome commence très fort puisque les personnages sont dans une situation critique : Zombie est blessé, Evan présumé mort et Cassie doit apprendre à vivre alors l’idée que « son » Autre est disparu ! Un début fort donc, et qui ne s’arrête pas ! 

Le premier tome m’avait quelque peu déplu à cause de la prédominance de la voix narratoriale de Cassie, qui était trop forte à mon goût : ayant du mal avec ce personnage, j’avais eu du mal avec ce livre, alors que tous les autres personnages (dans leur grande majorité me plaisent énormément) ! 

 

            o

Les Personnages ! 

Ce second tome a été une révélation pour moi : j’ai enfin réussi à m’immiscer dans le monde apocalyptique de Zombie, Cassie et Ringer sans difficulté ! La plume de Rick Yancey y est pour beaucoup : les personnages qu’il crée sont forts, intelligents, prenants et surtout très voire trop attachants !

Lors de ma lecture, je me suis prise d’envie de tout arrêter : de ne plus lire, d’éteindre ma Kobo et d’en finir ! Mais non pas parce que je n’aimais ce roman, mais parce que je sentais le désastre venir, je sentais qu’un personnage que j’aimais particulèrement allait y passer et c’était quelque chose que je redoutais ! Et ça n’a pas manqué ! Ce roman m’a littéralement épuisée : épuisée émotionnellement et physiquement (impossible de s’endormir avec un tel livre dans les mains !) mais je ne le regrette absolument pas ! Dumbo et Pouncake sont des personnages adorables, vous savez ce genre de personnages qu’on pense fade et ennuyeux mais qui finit par nous faire rire, nous émouvoir et qui nous fait penser que oui, ça pourrait être nous ! Hé bien voilà ! Dumbo et Poundcake sont universels ! Impossible de ne pas les aimer, de ne pas les chérir ! 

Quant à Ringer ! Que dire ! Elle est formidable, exceptionnelle, c’est « THE BAD-ASS » qui résiste encore et toujours à l’ennemi, qui ne baisse jamais les bras et qui devient sous nos yeux affamés de lecture une humaine, une personne vulnérable mais sachant parfaitement maintenir un équilibre entre le combat et les sentiments ! Ringer est un peu le personnage que l’on veut être quand on sera « plus grand » et je l’idolâtre ! Avec Zombie, elle constitue mon « couple de choc » ! Un peu comme Ron et Hermione : l’un tacticien un peu maladroit et l’autre machine à tuer, à raisonner ! 

— Un de ces quatre, soldat Ringer, tu souriras enfin à une de mes vannes, et le monde se brisera en deux.
— Je ne suis pas prête à assumer une telle responsabilité.
Il éclate de rire et j’ai l’impression d’entendre un bruit de ferraille dans sa poitrine.

Quand à Cassie et Evan, désolé mais je ne me prends toujours pas au jeu ! Je n’arrive tout simplement pas à me connecteur à ces deux personnages ; alors qu’étrangement, j’ai réussi à apprécier (d’une certaine façon) la ténacité de Grâce et celle de Vosch ! Des ennemis, mais qui n’abandonnent jamais, comme nos héros, et c’est ce qui fonde la dynamique de ce roman ! 

Les ennemis sont eux aussi plus ingénieux que jamais : un double jeu apparaît : celui de la vie et de la mort, et celui de l’instinct de survie, de l’aliénation, de la perte de l’humanité ! Comment réagir lorsque tous nos instincts sont manipulés ? Et que faire pour que ceux que l’on manipulent nous donnent ce que l’on veut ? 

Ce roman est plus qu’une aventure, il est également (dans une certaine mesure) un thriller psychologique où il faut sans cesse lutter pour ne pas devenir fou, lutter pour sa survie et lutter pour son humanité ! 

La terre se précipite vers moi. Je n’ai pas peur. J’ai tenu mes promesses. J’ai remboursé le temps. J’étends les bras. J’écarte grand les doigts. Je lève le visage vers la ligne où le ciel rencontre la Terre. Mon chez-moi. Ma responsabilité.

 l

L’intrigue ! 

Dès le début du roman, une légère histoire nous laisse deviner la prochaine étape de la vague, celle bien plus vicieuse et incidieux, la plus horrible, la plus infâme, qui pousse les hommes dans leurs derniers retranchements moraux ! 

Du début à la fin du roman, les aventures ne cessent d’enchaîner ! Si vous cherchez un livre « reposant », passez votre chemin ! La mer infinie est faite pour briser les coeurs ! 

Le gros point fort de ce roman réside dans la répartition de la narration, dont j’avais déjà parlé dans ma chronique du tome 1 (il me semble) : les personnages se subdivisent, tout comme les chapitres, en autant de combats contre l’ennemi ! Car l’ennemi est partout, sous toutes les formes, et est prêt à tout !  

Cependant, j’ai eu un peu de mal à voir où allait l’intrigue pendant une bonne partie du roman : est-ce que les personnages tentent vers un but final ? me suis-je demandé lors de ma lecture ! Et finalement, oui, il y a un but final, mais celui-ci semble relégué à l’arrière-plan, ce qui se comprend facilement puisque la plupart des personnages sont en danger de mort imminent ! 

 

L’intrigue est bien menée, et l’auteur a trouvé un bon équilibre entre le rire, le tragique, les souvenirs des personnages et leurs doutes et leurs peurs !

 

Pour conclure, je dirais que ce roman est pour moi un véritable coup de coeur : j’ai adoré ce roman du début à la fin au point de ne plus vouloir le lâcher, même malade et insomniaque ! 

Je lui donne donc un 5/5 haut la main !

 (Voire un 6/5 si possible) ! 

 

QQQQQ

Et vous ? L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? 

 

A très bientôt, 

q< Julie  r

 

Share this post

Repost 0

Comment on this post